Schneider Electric DIJON nous a ouvert les portes de sa nouvelle usine

Nous avons eu l’immense honneur et privilège de visiter la toute nouvelle usine Schneider Electric Dijon, née de la fusion avec le site de Longvic. Tout a été repensé et restructuré « pas une brique n’est restée en place » nous raconte Michel MARMET, directeur du site, avant de nous faire visiter ce pôle d’excellence industriel, alors que le déménagement n’est pas encore totalement terminé.

La logique industrielle oblige d’anticiper sans cesse afin que « la machine ne s’arrête jamais » et c’est en respectant cet adage, que Schneider a tout à la fois :

  • Construit une nouvelle unité d’assemblage de 5 800 m², qu’il a relié à l’ancien site de 17 800 m²
  • Repensé et restructuré la totalité de l’implantation existante
  • Déménagé les hommes, les machines et lignes de production du site de Longvic (soit 2 200 m² d’usine)

Le tout sans interruption des livraisons clients, soit 7 plateformes de distribution partout en Europe.

« Aujourd’hui le client a changé, il n’a que faire des contraintes industrielles, cette restructuration était nécessaire, nous travaillons sans cesse sur la flexibilité des lignes de production, notre objectif est de réduire le délai actuel de production ! Augmenter la performance et la productivité en baissant les coûts de production. »

Cette nouvelle usine est très automatisée, elle emploie 360 personnes dont 70% sont des femmes, essentiellement conducteur ou conducteur-régleur de ligne, avec une moyenne d’âge de 49 ans. Notre hôte nous a fait part des difficultés qu’il rencontre dans le recrutement de jeunes formés. « L’industrie souffre d’un gros déficit d’image. Il est difficile de trouver des jeunes motivés».

Aujourd’hui le groupe forme des alternants, et prévoit même 15 embauches pour solidifier son groupe de collaborateurs. Nous avons bien senti que l’accent était mis sur le bien-être et le respect des salariés, l’ambiance était très clairement chaleureuse au sein de toute l’usine.

Bref, une très belle visite, merci encore à nos hôtes.